Un château français dans la pampa argentine

Découverte d’un château à l’allure européenne qui se situe à 12 000 kilomètres du Vieux Continent….

Tout commence en 1840, Don Orestes Piñeiro  achète quelques parcelles de ces terres, propices à l’élevage de moutons, dans la province de Buenos Aires. Très vite leur exploitation se développe et leur territoire s’étend. Quelques annnées plus tard, cet endroit devient une réelle estancia (grande propriété rurale en Amérique Latine). Il va la baptiser  « la Candelaria » en honneur à sa femme, Candelaria del Mármol.

Rebeca leur fille adoptive en hérite avec son mari Manuel Fraga qui prend les rennes de la propriété. Lors d’un de ses voyages dans l’hexagone,  alors qu’il naviguait sur la Loire, il tombe amoureux d’un château et décide d’en construire un à la Candelaria. En 1894, il fait appel à Favre, un architecte français et à un ébéniste hollandais pour l’intérieur.

Le parquet, les vitraux et la majorité des meubles proviennent d’Europe, en particulier de France.  Il y a trois étages où sont distribués les salons, la salle de réception, la bibliothéque ainsi que les douze chambres….

La propriété offre un parc magnifique  de 100 hectares, qui possède plus de 240 espèces d’arbres. Il fut réalisé par le renommé paysagiste Jules Charles Thays.

 

Ce moulin de style hollandais, imaginé par Manuel Fraga, existe toujours. IMG_6799

Les corps de la famille Piñeiro – Fraga reposent dans la jolie chapelle de la propriété qui date de 1937. L’estancia la Candelaria offre l’opportunité aux

chapelle la Candelariatouristes du monde entier  de venir passer une journée pour visiter la propriété. Durant cette escapade, diverses activités sont proposées: équitation, balade en byciclette, piscine, golf etc.

Estancia la Candelaria, Lobos, Provincia de Buenos Aires. http://www.estanciacandelaria.com/ ( pour les tarifs, consulter leur site)

Toutes les photos sont disponibles en grand format dans la Galerie Photos. 

Clémence de Sagazan

Publicités

La Quinta Los Ombúes

Située à San Isidro, c’est  avec plaisir et intrigue qu’on pousse le portail de cette maison afin d’y découvrir le passé de ses anciens propriétaires.

Entrée Quinta de Los Ombúes

Connaissant leurs secrets de famille, leur vie quotidienne: on se laisse emporter par notre imagination. La propriété de los Ombúes eut plus d’un acquéreur. Parmi eux: Don Cecilio Sànchez de Velazco et sa femme Magdalena Trillo. Ils deviennent  propriétaires des lieux en 1784.

Quinta Los Ombúes© Clémence de Sagazan

Ce couple va donner naissance à Mariquita qui sera fille unique. Treize ans après, devenue adolescente: elle tombe amoureuse de son cousin issu germain Martin Thompson mais son père souhaite la marier au Capitaine Diego del Arco, un homme bien plus âgé qu’elle.  Mais Mariquita s’oppose et continue à voir furtivement son cher et tendre cousin. Le père se rend compte de la situation et décide d’officialiser l’union entre sa fille et le capitaine. Il organise un grand buffet dans la propriété et invite  tout le gratin de Buenos Aires.Quinta Ombúes Furieuse, Mariquita choisit d’écouter son cœur et refuse cette demande en mariage. Outré par la rébellion de sa fille, il l’envoit au couvent et via ses connaissances : Martin Thompson est appelé en tant que militaire à rejoindre la ville de Cadiz, en Espagne. Les deux jeunes éperdument amoureux sont alors séparés de force. 

A la mort de Cecilio Sànchez de Velazco, Martin met tout en oeuvre pour se rendre à la quinta los Ombués afin de voir sa dulcinée.  Mais ils devront attendre que la mère de Mariquita décède à son tour pour enfin se marier en 1812. Cette histoire d’amour a une triste fin puisque quelques années plus tard, Martin meurt. Elle se remariera avec un français expatrié Washington de Mendeville.

Aujourd’hui, on peut applaudir le courage de toutes ces femmes qui ont su se battre pour faire exister leur amour telles que Camilla O’Gorman.

La Quinta Los Ombúes, Adrián Beccar Varela 774, Acassuso, San Isidro
Visite guidée conseillée

Toutes les photos sont disponibles en grand format dans la Galerie Photos. 

Clémence de Sagazan, 

Patrimonio BA

Buenos Aires regorge de lieux et légendes historiques, souvent, méconnus des touristes BA vue du cielet des Argentins. Venez découvrir avec nous les richesses du patrimoine de la capitale, depuis sa création. Cette ville cosmopolite, pendant longtemps, a fait rêver des millions d’hommes à la recherche d’une nouvelle terre. Tous venus des quatre coins de la planète, chaque peuple y a laissé son empreinte. Aujourd`hui, Buenos Aires nous trouble et nous fascine par ses allures de capitale européenne…

Patrimonio BA part à la recherche de ces légendes et histoires qui émanent des murs de de la ville. Ce blog vous fera voyager, dans le temps, à des milliers de kilomètres de la France. 

Clémence de Sagazan